Accueil > Blodsgard > Monument

Chronique de Monument de Blodsgard

 
 
 
 
 
Style :
Black metal
Pays :
Norvège Norvège
Sortie :
30/09/2013
Membres :
Fredrik Rex - chant, guitare
Stein Akslen - lyrics
Kenneth Mellum - batterie
Label :
The Oath

Blodsgard nous vient tout droit de Norvège. Que pouvaient-ils faire de mieux que du "True Norwegian Black Metal" ?
Le groupe est fondé en 2006 par Fredrik Rex. Il sort une première démo en édition limitée "Nuclear Extinction" en 2008 et un an plus tard il est rejoint par Stein Akslen qui écrira les paroles des futurs titres.
Une deuxième démo sort en 2010. Intitulée "Solve et Coagula" elle posera les bases de ce que sera "Monument", le futur et premier album de Blodsgard, qui se fera désiré puisqu'il fallut attendre 3 ans pour le voir pointer le bout de son nez. Alors cette attente était-elle justifiée ?

Inutile de garder le suspense très longtemps, vous l'avez déjà compris à la note, la réponse est oui ! Pour son premier opus, Blodsgard nous offre un album de Black Metal digne de ses ancêtres, tant au niveau ambiance qu'intensité, le tout chanté entièrement en Norvégien.
Après un peu de pluie pour commencer, les premières secondes de "Påkallelsen" font penser au Helnorsk Svartmetall de Taake. Les premières secondes seulement car Blodsgard parvient très rapidement à se forger sa propre personnalité, tout en conservant ce qui fait la noblesse du Black Metal Norvégien : chant hurlé et écorché, tremolo, blast beat, le tout créant une atmosphère sombre et malsaine. Bref vous connaissez la recette.

Si la première moitié de l'album nous offre ce que le Black Metal a de plus pur, où la rapidité côtoie la brutalité, Blodsgard dévoile son deuxième visage à partir du titre qui donne son nom à l'album "Monument".
La mélodie reprend celle de la première piste "Påkallelsen", mais cette fois-ci à la guitare acoustique. Un début beaucoup plus calme en arpège, accompagné de murmures avant que vienne s'ajouter un orgue. Le tout avec très peu de batterie, donnant un côté très atmosphérique à la chanson.
Le morceau suivant, "Livet er avlyst" se veut dans la continuité. Un début digne de Burzum période dark ambient. On se laisse alors sombrer lentement dans la mélancolie, avant que la reprise très brutale ne fasse sursauter. Blodsgard arrivera alors à alterner habilement ces deux facettes, le Black Metal très féroce et le côté ambient très calme.

Jeg hater alle guder

Ce serait un crime de ne pas parler de la dernière piste, "Svart Blod Flyter", morceau un peu à part dans son approche. Le piano, ses sonorités limite jazzy et ses parties en chant clair donnent au morceau un côté depressive black metal surprenant mais terriblement efficace. On regretterait presque que Blodsgard n'ait pas exploré ce chemin plus tôt. Peut être pour le prochain album ?
On déplorera également l'absence de Kenneth Mellum sur l'enregistrement, la batterie étant entièrement numérique.

Avec Monument, Blodsgard signe un magnifique premier album, mêlant habilement des ambiances majestueuses à un Black Metal brutal, le tout chanté entièrement en Norvégien.
La relève est assurée et les pères fondateurs du Black Metal doivent être fiers de leur progéniture. Un album qui porte bien son nom et qui laisse entrevoir un futur prometteur pour le groupe.

  • Tracklist
    Piste Titre Durée
    1 Påkallelsen 3:25
    2 Mentalt minefelt 3:39
    3 Sjeler vil brenne 4:20
    4 Hagalls sirkel 3:14
    5 Monument 6:38
    6 Livet er avlyst 7:32
    7 Kaoskonstruksjon 4:57
    8 Svart blod flyter 9:05