Accueil > Defeated Sanity > Passages Into Deformity

Chronique de Passages Into Deformity de Defeated Sanity

 
 
 
 
 
Style :
Brutal death metal
Pays :
Allemagne Allemagne
Sortie :
2013
Membres :
Konstantin Lühring - chant
Christian Kühn - guitare
Jacob Schmidt - basse
Lille Gruber - batterie
Label :
Willowtip

Les Allemands de Defeated Sanity nous reviennent pour un quatrième album. Ce qui fait relativement peu en près de 20 ans d'existence (bon ok je n'ai pas compté les EP et splits), mais c'est largement suffisant pour se hisser au sommet du Brutal Death Metal, allant jusqu'à détrôner les groupes US, pourtant références du genre.

Ne vous attendez pas à une grosse évolution avec Passages Into Deformity. En même temps ce n'est pas ce qu'on leur demande. L'album est donc dans la continuité de "Psalms of the Moribund" et "Chapters Of Repugnance". Un Death Metal brutal, technique et encore plus groovy qu'avant. Comme si Suffocation rencontrait Devourment, les passages mid-tempo qui vous font headbanger succèdent aux passages ultra rapides et techniques, qui eux, donnent envie de s'exploser la tête contre un mur.
Attention, quand je parle de technique, je ne parle pas de démonstration individuelle. Ici, chaque musicien met son talent au service du groupe. Au point qu'aucun d'eux ne se démarque réellement, tellement chacun est indispensable et indissociable des autres.

Il est logique de parler de Lille Gruber en premier. Seul rescapé de la formation d'origine, il est quelque part l'âme du groupe, et surtout un des meilleurs batteurs de la scène Death Metal. Il le prouve à nouveaux sur Passage Into Deformity. Toujours très inspiré, il arrive à sortir des sentiers habituels du Death Metal. Alors, même si blast beats, double pédale et passages bourrins (mais techniques) sont toujours à l'honneur, l'Allemand semble tout aussi à l'aise sur des breaks jazzy ou des patterns bien groovy tout en enchainant des  changements de rythme improbables. Il suffit d'écouter "Naraka" ou encore la fin de "Martyrium" où il part freestyle total.

A la guitare, on retrouve Christian Kühn, présent depuis "Psalm of the Moribund". On sait donc à quoi s'attendre et il n'y a pas de quoi être déçu. Bien que simple et peu mélodieux, les riffs sont pourtant hyper efficaces et redoutables. Il y a ce qu'il faut quand il faut. Christian suit parfaitement la batterie, ses accélérations et autres changements de rythme. Impossible de ne pas se briser la nuque sur les passages mid-tempo.

Intoxication will only aggravate the immense deformity

En ce qui concerne la basse, c'est à croire que Jacob Schmidt voudrait voler la vedette aux autres musiciens. Bien mise en avant par une excellente production, elle a ses moments de gloire avec ses touches jazzy et ses parties en sweeping. L'intro de "Naraka" suffit à comprendre.

Dernier membre du groupe, Konstantin Lühring, que l'on connaissait chez Despondency et Resection succède bien à A.J. Magana (que l'on retrouve d'ailleurs en invité sur "Martyrium"). Il a su s'adapter au groupe et la variété et la qualité de ses growls finissent de convaincre que l'on a affaire à un album exceptionnel. Attention cependant, quatrième album et quatrième chanteur pour Defeated Sanity. Une mauvaise habitude, on aimerait que le groupe trouve un line up stable. Celui-ci serait parfait.

Un dernier mot, pour finir, sur l'ambiance de l'album. Déjà pesante et oppressante,  les transitions entre certaines chansons, composées de bruitages macabres et autres samples finissent de nous entrainer dans leur monde déjanté. Un passage limite indus à la fin de "Verblendung", des bruits de mastication sur "Lusting For Transcendence" et j'en passe.

Avec "Passage Into Deformity", Defeated Sanity confirme sa mainmise sur le trône du Brutal Death Metal. Un album à savourer en ne faisant rien d'autre tellement il y a de merveilleuses subtilités à découvrir. Sans aucun doute un des albums de l'année.

  • Tracklist
    Piste Titre Durée
    1 Initiation 1:15
    2 Naraka 5:07
    3 Verblendung 4:45
    4 Lusting for Transcendence 3:06
    5 The Purging 4:59
    6 Verses of Deformity 4:17
    7 Perspectives 6:49
    8 Frenzy 2:36
    9 Martyrium 4:50