Accueil > Fleshdoll > Feeding the Pigs

Chronique de Feeding the Pigs de Fleshdoll

 
 
 
 
 
Style :
Brutal death metal
Pays :
France France
Sortie :
2013
Membres :
Bastich : chant
Fred : basse
Chili : guitare
Pat : guitare
Samuel Santiago : batterie
Label :
Great Dane Records

Le groupe de brutal death toulousain nous revient en cette prolifique année 2013 avec leur troisième album : "Feeding the Pigs", soit trois ans après "Animal Factory", leur petit dernier. Mais rentrons sans plus attendre dans le vif du sujet. Que penser de ce troisième volet ?

Dès l'écoute de la première minute du premier morceau, la réponse nous est évidente : "Feeding the Pigs" est bel et bien une totale réussite. Que ce soit au niveau de l'œuvre en tant que telle, de la technique, du mixage et surtout de la composition.

Et d'ailleurs, parlons-en, car cela pourrait bien être l'atout majeur de l'album. Tout en nuances ainsi qu'en harmonies judicieusement placées. Car sous son côté brutal et ravageur se cache un monstre de virtuosité et d'intelligente. Rien n'est jamais redondant ni déplacé, et chaque morceau possède sa propre identité et son propre rythme, tout en se complétant parfaitement les uns aux autres pour former une œuvre d'ensemble, et aucun d'entre eux n'échappe à la règle. Et ce dès le titre éponyme qui est également l'introduction de l'opus, "Feeding the Pigs" qui est très représentatif de l'ensemble. La batterie et la basse sont rapides et précises, la guitare rythmique est toujours justement dosée et le soliste montre une virtuosité dont, il faut l'avouer, nous n'avons plus vraiment l'habitude en cette année qui porte plus le sigle de l'évolution rythmique que mélodique. Et ça fait un bien fou.

La voix est impeccable, et Bastich, le chanteur, a fait un travail qu'il faut applaudir à ce niveau là. Contrairement à d'autres groupes du genre, c'est gras et saturé, tout en restant propre et intelligible. Le timbre ainsi que le rythme du chant s'accorde parfaitement avec le reste de l'instrumental créant des harmonies intéressantes par son côté mono tonal du plus bel effet, et tout ceci est bien entendu amplifié par un mixage aux petits oignons.

En effet, parlons du son, maintenant. La batterie, notamment, est une réussite de précision. On entend jusqu'au plus petit élément dans le moindre détail, et l'on en apprécie d'autant plus les subtilités rythmiques qui ici sont au rendez-vous. Les deux guitares sont saturées sans être brouillonnes, la basse est claire et présente, et la voix sort correctement de l'ensemble, sans être pour autant rattrapée par des dizaines d'effets ou de distorsions forcées.

Pour conclure, "Feeding the Pigs" réponds parfaitement à nos attentes, et même mieux, nous donne plus encore que ce que l'on pouvait en attendre. C'est à la fois violent et recherché, nerveux mais en restant propre, cohérent tout en sachant se montrer original. La preuve que les métalleux ne sont pas que des bourrins décérébrés et peuvent pondre des œuvres à la fois techniques et virtuoses. Vraiment, Fleshdoll a accompli un réel travail avec leur petit dernier et ça se sent. A conseiller à tous les amateurs de metal sans distinction.

  • Tracklist
    Piste Titre Durée
    1 Feeding the Pigs 3:22
    2 Collateral Murder 3:35
    3 A Feast for the Rats 4:10
    4 The Wolf 3:44
    5 Dead Monochrome 4:13
    6 The Hollow Men 1:47
    7 The Shadow of a Man 3:43
    8 Ecstatic Random Carnage 4:30
    9 King of Patusan 4:17
    10 North Sentinel Island 5:15