Accueil > Sólstafir > Ótta

Chronique de Ótta de Sólstafir

 
 
 
 
 
Style :
Metal atmosphérique
Pays :
Islande Islande
Sortie :
2014
Membres :
Aðalbjörn Tryggvason - chant, guitare
Guðmundur Óli Pálmason - batterie
Sæþór Maríus Sæþórsson - guitare
Svavar Austmann - basse
Label :
Season of Mist

Sólstafir fait partie de ces rares groupes en perpétuel renouvellement. De ces rares groupes qui se remettent constamment en question et qui évoluent, même si ce qu'ils font est une totale réussite.
Partis de racines Black Metal dans leurs premiers EP et leur premier album "Í Blóði og Anda" en 2002, les Islandais ont évolué sur chacun de leurs albums jusqu'à obtenir une sorte de Post Metal avec des tendances atmosphériques, sans pour autant renier leurs origines.
Alors quand on s'apprête à découvrir "Ótta", le petit dernier, on se demande un peu à quoi nous auront droit. Un retour aux sources ? À la suite de "Svartir Sandar" ? Ou à quelque chose de complètement nouveau ?
Quoi qu'il en soit on y va les yeux fermés.

Le concept de l'album s'articule autour d'un ancien système de temps islandais, Eykt, qui consiste à diviser une journée de 24 heures en 8 périodes de 3 heures. 8 périodes pour 8 chansons qui s'étalent de minuit "Lágnætti" jusqu’au début de la nuit "Náttmál".
Il ne faudra pas longtemps pour deviner la direction empruntée par "Ótta". L'album est dans la continuité de "Svartir Sandar" en plus poussé, plus aérien. Tout au long de l'album les Islandais feront varier le tempo et l'intensité des morceaux selon la période de la journée, prouvant qu'ils maitrisent les changements de rythme mieux que jamais.
Le piano prend dans cet album une place plus importante que par le passé, accentuant le côté mélancolique des mélodies. La voix de Aðalbjörn "Addi" Tryggvason est toujours reconnaissable à la première écoute. Tantôt calme et posée, tantôt plus énergique quand les guitares s’énervent. Mais toujours avec ce timbre rocailleux qui fait des merveilles dans la musique de Sólstafir. Et comble du bonheur, le tout est chanté entièrement en islandais pour en ajouter à la beauté de cet album.

On s'attardera sur "Ótta", le titre éponyme qui est un vrai chef-d'œuvre. Nul doute que ce morceau deviendra un véritable hymne pour le groupe, tout comme l'a été "Fjara" sur l'album "Svartir Sandar". Les deuxièmes pistes réussissent décidément bien au groupe.

L'album est d'une cohésion incroyable. Les 8 morceaux s'enchainent le plus naturellement du monde nous entrainant très loin, dans un magnifique voyage de près d'une heure.
Et quand on part en Islande, ce n'est pas sur un coup de tête, pour un jour , quand on a du temps de libre. Non on prend le temps de voyager et d'admirer ce pays pendant plusieurs jours.
C'est exactement pareil pour "Ótta". On écoute pas une chanson comme cela quand on a deux minutes. Non, un peu de respect! On écoute l'album entier comme un tout. On prend son temps et on savoure.

Avec "Ótta", Sólstafir nous offre la suite logique de "Svartir Sandar". Un album Post Rock planant, aux sonorités atmosphériques qui nous fait voyager loin, très loin. Une petite merveille, très accessible de par sa beauté. Et sur ces belles mélodies je m'en vais chercher un prof d'islandais.

  • Tracklist
    Piste Titre Durée
    1 Lágnætti 8:44
    2 Ótta 9:38
    3 Rismál 4:24
    4 Dagmál 5:39
    5 Miðdegi 4:18
    6 Nón 7:47
    7 Miðaftann 5:39
    8 Náttmál 11:15